Christophe Garcia : « Une nouvelle impulsion »

12-04-2018
VCVV Cyclisme
DN


A trois jours de la première manche de la Coupe de France DN2, le Tour de Lot-et-Garonne, nous avons interrogé le nouveau directeur sportif de l’équipe : Christophe Garcia. Arrivé précipitamment à la fin du mois de janvier, il se présente, nous explique son retour à Vaulx en Velin et se penche sur la saison à venir.

> Peux-tu te présenter rapidement ?

Christophe Garcia. J’ai 44 ans et je suis originaire de Villeurbanne. Après avoir essayé plusieurs sports (judo, handball…), je suis venu au vélo en 1991, à l’ECOV. J’ai principalement fait ma carrière au Vélo Griffon Meyzieu, en commençant déjà à m’occuper un peu des coureurs juniors, et même seniors. En 2013, j’ai rejoint le Vélo Club Ambérieu pour suivre les coureurs cadets et juniors, sur la demande d’Aurélien Doléatto. En 2015, je suis parti à Bourg Ain Cyclisme pour m’occuper de l’équipe espoirs et en 2016 j’intégrai le staff du Team Vulco Vélo Club Vaulx en Velin pour prendre en charge les coureurs espoirs. Au cours de cette année 2016, parallèlement à ma gestion de l’équipe réserve, j’ai passé, avec succès, mes examens pour l’obtention du DEJEPS cyclisme traditionnel. Mais, je n’ai pas travailler uniquement dans le vélo. En 1996, je sortais de la faculté avec une licence de chimie, avant d’intégrer La Poste, où j’ai fais onze ans de carrière (facteur, préposé au colis, agent de secteur). En 2007, je change d’orientation pour devenir technicien pneumatique poids lourd, en ayant la gestion d’un important parc dans le transport. Ensuite, j’ai eu en charge la gestion d’un magasin de pièces détachées dans l’automobile, avant de me décider à m’inscrire au DEJEPS pour travailler dans le cyclisme

> Qu’est ce qui t’as convaincu de venir à Vaulx en Velin ?

Après avoir eu en charge la destinée de l’équipe réserve/espoirs en 2016, je n’ai pas pu intégrer le staff pour des raisons financières. Après une année à chercher un club, sans réussite, malgré quelques touches, j’ai mis le vélo entre parenthèses pour développer mon entreprise de coaching. Fin 2017, j’ai commencé à postuler, et j’ai trouvé un poste en Alsace, au sein du Team Rémy Méder. Nous discutions depuis le mois d’octobre avec Stéphane Molto pour revenir au club, mais il y avait déjà un directeur sportif en poste. A la mi-janvier, alors que j’avais pris mes fonctions en Alsace, Stéphane m’a appelé pour pallier à la démission de Pierre et c’est sans aucune hésitation que je suis revenu. Travailler dans cette structure, que je connaissais bien et, qui plus est, avec Stéphane, un président avec les mêmes idées, était une évidence. Le projet sportif, après une année compliquée en 2017, et le projet humain m’ont immédiatement convaincu de revenir à Vaulx en Velin.

> Qu’est ce qui te plait dans ce rôle de directeur sportif ?

Avant tout, je suis un simple passionné de cyclisme. Très jeune j’ai choisi la voie du management et du conseil car c’est ce domaine qui m’intéresse au plus haut point. J’aime partager mon expérience, j’aime apporter des idées, et surtout j’aime le côté formation. En tant que directeur sportif, on est dans le partage, alors que coureur, nous sommes plus dans une pensée égoïste. J’éprouve un réel plaisir à conduire une équipe, même si avant tout, je fais parti intégrante de cette équipe. J’aime cette notion de partage, de dialogue que procure ce métier. Bien évidemment, il y a aussi cet aspect tactique à mettre en place que je savoure. Pour l’anecdote, alors que je passais ma licence de chimie, nous devions élaboré un projet professionnel. Il fallait rendre un rapport d’une cinquantaine de pages sur le métier qu’on voulait faire. Alors que tous mes collègues faisaient leur travail sur le métier de la chimie, j’avais déjà choisi le métier de directeur sportif… Comme quoi.

> Quels sont les objectifs du club cette saison ?

Le Vélo Club Vaulx en Velin est une structure phare du cyclisme amateur. Il a remporté à plusieurs reprises la Coupe de France des clubs et il est essentiel de lui rendre cette âme. Après une saison difficile en 2017, et une descente en DN2, les objectifs sont multiples. Tout d’abord, nous devons asseoir notre place en DN2 et ne pas descendre en DN3. C’est le but principal. De plus, nous avons un effectif très jeune et il est primordial qu’ils apprennent leur métier et qu’ils enrichissent leur apprentissage. Nous sommes vraiment sur une saison phare du club avec une nouvelle impulsion à donner. Tout est mis en place pour réussir une belle année. Nous aurons aussi l’objectif d’aller chercher quelques bouquets dans les épreuves qui nous sont accessibles. Cette équipe doit être également un tremplin pour la jeune génération issue de l’équipe U19 Matériel Vélo. Voici tous les enjeux de cette saison.

> Un mot sur le groupe

Cette saison nous avons un groupe très jeune et peu fourni. Il sera donc essentiel de bien jouer sur la récupération entre les épreuves phares. Je connaissais quelques coureurs après mon passage en 2016 au sein du Team Vulco Vélo Club Vaulx en Velin. Je peux dire aujourd’hui que je suis surpris du niveau d’ensemble et de l’état d’esprit. Tous ont à cœur de briller et de donner le meilleur d’eux même et c’est très plaisant de travailler à leurs côtés. On sent une envie et une volonté de faire briller les couleurs vaudaises et l’énergie est bien présente. Il reste quelques points techniques et tactiques à régler, mais nous sommes sur la bonne voie. De plus, malgré un effectif peu fourni, nous sommes armés pour briller sur tous les terrains avec nos sprinters Florian Dujardin et Jordan Delevoye, nos grimpeurs Loic Cesano et Romain Fayolle, ou encore nos expérimentés Josten Vaidem ou Romain Michel. C’est une équipe qui a tout pour réussir et qui ne demande qu’à progresser.


Sponsors